• Appel du 4 mai - « Pour un redémarrage humaniste local et durable »


  • Le jour de la réouverture du parlement, unissons-nous pour faire entendre à nos élu·e·s la volonté de voir émerger un avenir différent, plus humanisé et plus durable.

    Depuis le début du semi-confinement, nos vies et nos habitudes ont drastiquement changé. Nous avons toutes et tous vécu des expériences hors de l’ordinaire, remettant en question notre mode de vie et nos valeurs, parfois dans la douleur, mais également dans le bonheur d’un lien social renforcé et d’un contact renouvelé avec la nature.

    Nombre d'entre nous souhaitent un réveil différent de l’avant COVID-19. Et nombre d'entre nous désirent construire un avenir différent, plus respectueux des êtres humains et de la nature.

    Les crises sont par excellence des moments charnières, où le champ des possibles s’élargit.

    Le parlement se réunit en session extraordinaire du 4 au 8 mai pour accompagner le Conseil fédéral dans l’après COVID-19. Les milieux économiques s’expriment largement sur ce sujet, mettant notamment la pression pour un redémarrage rapide du système en mode « business as usual », un soutien aux grandes entreprises, négligeant trop souvent les familles et les indépendant·e·s.

    Ne leur laissons pas le monopole de la parole. Aujourd’hui plus que jamais, dans notre démocratie directe, nos représentant·e·s doivent écouter la voix des gens que l’on n’entend pas.

    Tout le monde a fait l’expérience de l’essentiel et du superflu, tout le monde a pu constater que notre survie dépendait de nombreuses professions en lien avec la santé et l’alimentation, professions souvent peu valorisées.

    Chacun et chacune s’est rendu compte que l’abondance de nourriture n’était pas immuable, nourriture provenant d’une nature malmenée par la politique d’économie globalisée soutenue par nos gouvernements.

    Nous avons fait l’expérience de l’importance de la place des femmes dans notre société et nos foyers, qui trop souvent cumulent travail rémunéré et travail domestique.

    Pour ces raisons, nous demandons aux parlementaires de mettre en place une reprise économique:

    • Plus sociale
    - Valoriser les professions qui se sont montrées essentielles en ces temps de crise
    - Reconnaître le rôle fondamental du travail domestique largement effectué par des femmes
    - Soutenir les oubliés des programmes de soutien « COVID » (« petits » indépendants)

    • Plus locale
    - Favoriser les circuits courts
    - Réduire les dépendances internationales (alimentation, produits médicaux, etc.)

    • Plus écologique
    - Conditionner les soutiens à des activités économiques durables

  • Retour sur la journée du 4 mai à Berne et dans les villes romandes



  • La pétition de l’Appel du 4 mai et ses près de 60'000 signatures ont été envoyées au parlement fédéral le 2 juin 2020.



    Vous pouvez continuer à soutenir l’appel, faire part de vos commentaires et recevoir des nouvelles de la suite de l’Appel du 4 mai en remplissant le formulaire ci-dessous.

    Et maintenant... De nombreux contacts ont été développés avec des associations, groupements ou mouvements aux objectifs similaires à ceux de l’Appel du 4 mai. Nous participons à une réflexion conjointe sur les modes et les moyens de convergence du plus grand nombre afin de définir des actions efficientes pour éviter un retour à l’Anormal. Si cela vous intéresse, vous pouvez envoyer un mail ici.

    Nous vous donnerons des nouvelles de l’évolution de ce travail et des propositions concrètes pour créer ensemble le « Monde d’après » dont nous rêvons aussi vite que possible,...

    Pour rester informé et rejoindre l'Appel












    Je ne veux pas que mon nom soit affiché sur le site



  • Aucune transmission de vos coordonnées à des tiers ne sera effectuée.

  • Vous pouvez nous suivre sur


Depuis le confinement, au coeur de ce ralentissement économique, face à l’inquiétude d’un retour à la normalité, du business as usual, des citoyen·nes se sont regroupés pour lancer cet appel du 4 mai. Nous sommes des infirmier·ers, professeur·es, étudiant·es, réalisateurs·trices, entrepreneur·es, photographes, auteur·es, médecins, agriculteur·trices, libres de tout parti et de toute organisation, vivant en Suisse romande. Nous invitons chacun·e (individu ou organisme) qui se reconnaît dans cet appel à le soutenir, se l'approprier et le diffuser.




Parmi les nombreuses et nombreux signataires, les personnes suivantes nous soutiennent :
Thomas Wiesel, Humoriste
Simon Corthay, Journaliste
Lytta Basset, Prof. hon. Université Neuchâtel
Madeleine Caboche, Journaliste retraitée
Sylvie Podio, Municipale
Céline Vara, Conseillère aux Etats
Louisa Becquelin, Illustratrice
Matthieu Gafsou, Photographe
Alexandre Cellier, Musicien
Bernard Jonzier, Journaliste
Sara Gnoni, Conseillère communale, présidente de ToxicFree Suisse
Dominique Bourg, Professeur honoraire
Alberto Mocchi, Secrétaire associatif, Municipal
Alix Noble Burnand, Thanatologue
Christine Pompéi, Auteure jeunesse
Tom Tirabosco, Artiste
Christel Berset, Politologue
Béatrice Lovis, Chargée de recherche
Karim Slama, Comédien-humoriste
Karine Guignard, Musicienne (la Gale)
Alizé Oswald, Xavier Michel, Musiciens (Aliose)
Lionel Frésard, Comédien
Nathalie Chèvre, Ecotoxicologue
Claude Barras, Cinéaste
Lauriane Gilliéron, Actrice


Et plusieurs dizaines de milliers de citoyen·ne·s suisses